Conduite en montagne

En raison de ses particularités géographiques et climatiques, la montagne réserve bien des surprises aux conducteurs citadins même les plus expérimentés. Petit rappel des dangers et des moyens de s’en préserver.

Les dangers des routes de montagne

Circuler sur une route de montagne ou franchir un col nécessite une bonne préparation pour éviter les mauvaises surprises. Chaque hiver, de nombreux accidents sur les routes de montagne sont dus à un manque d’équipement du véhicule ou à une méconnaissance du conducteur qui n’adapte pas sa conduite aux spécificités montagneuses.

S’équiper et s’informer

Avant le départ, il convient de s’informer sur les conditions météo et l’accès au(x) col(s) que vous prévoyez d’emprunter. De plus, vérifiez que vous disposez:

  • de pneus d’hiver en bon état
  • de chaînes à neige (étudiez à l’avance le mode d’emploi afin d’être en mesure de les installer en quelques minutes)
  • de lave-glace dégivrant
  • d’un grattoir et d’une balayette pour dégager l’extérieur de votre véhicule.

En outre, assurez-vous qu’il y ait suffisamment d’antigel dans votre liquide de refroidissement et que vos essuie-glaces sont en bon état.

infographie route montage

Conduite sur neige ou glace

En cas de neige ou de verglas, le danger de glissade incontrôlable s’ajoute aux risques de collisions en raison des distances de freinage fortement augmentées.
Appuyer sur la pédale de frein peut rapidement engendrer une perte de maîtrise du véhicule. Dans tous les cas, il faut éviter de freiner brusquement et utiliser autant que possible le «frein moteur» (ralentissez en rétrogradant). À noter que la plupart des véhicules automatiques disposent de vitesses «frein moteur» et «conduite sur neige (snow drive)».
Il se peut néanmoins que vous deviez vous arrêter subitement sur la neige ou le verglas ; il faut donc tenir compte du fait que la distance d’arrêt peut être multipliée par 10 et respecter la distance de sécurité avec le véhicule précèdant.

Véhicules prioritaires

Dans tous les cas, la priorité est accordée à certains types de véhicules selon l’ordre suivant :

  1. train routier
  2. autocar / autobus
  3. camion
  4. voiture automobile légère

Pour le croisement de deux véhicules de même catégorie, celui qui monte a la priorité.
S’il est impossible de croiser, c’est le véhicule descendant qui doit reculer, à moins que le véhicule montant ne se trouve près d’une place d’évitement.

Autres règles à observer

  • En cas de croisement difficile avec un autocar ou un autobus, conformez-vous aux instructions du conducteur de transport public.
  • À la descente et quel que soit l’état de la route, évitez de mettre vos freins à contribution de manière excessive afin d'éviter de provoquer une surchauffe qui ne les rende inopérants.

Articles liés